Archives pour la catégorie Victoire

Jour 95.

Au premier plan, la torture.
Au premier plan, la torture. Sinon, c’est joli n’est-ce pas ?!

 

Attention, pour lire cet article, vous devez être bien assis…
Vous n’allez pas en croire vos yeux !

Il y a quelques temps, je me suis prise à rêver de balade lointaine.
Comme Mr R. est plus raisonnable que moi (!), il a revu à la baisse mes ambitions et nous avons défini un objectif de promenade automobile un peu plus réalisable… Je vous raconte ?

 

1ère étape… Versailles !

Un pic-nic aux abords du château… Plutôt chouette non ?
Pour celà : 40 minutes de voiture.
J’ai fait plus ou moins les 2/3 sans bouchons ni casque puis me suis emparée de ce dernier pour la fin du trajet.

Après avoir satisfait nos estomacs (et soulagé un peu mes oreilles… Vive la mastication!) mais aussi ceux des bestioles qui nous ont pris pour cible (enfin surtout moi), nous avons enfilé nos plus beaux costumes de touriste et nous sommes approchés du château.
En ce long week-end évidemment il y avait beaucoup de monde mais l’ambiance sonore gardait un niveau supportable en extérieur. Fatigant mais pas douloureux.

 

Après 2 belles heures versaillaises, la question de continuer s’est posée.
J’étais vraiment fatiguée et si la douleur était loin d’être insupportable, je redoutais le trajet retour.
Monsieur R. m’a alors proposé d’essayer tout de même de continuer un peu sur une voie rapide, une nationale limitée à 110 km/h…
Pour voir.
J’ai accepté d’essayer et à la sortie de la voie rapide, quand la question de continuer s’est à nouveau posée, nous étions trop près du but pour renoncer !

 

Encore quelques kilomètres à travers champs, 17  tournants et… Dampierre !
Dampierre, c’est un joli petit village avec un château, une mairie, une église, des cafés et DES MOTARDS !!!
C’est aussi, accessoirement, un lieu de tournage…(coucou les sitcomologues).

Les quelques dizaines de mètres séparant le parking du château furent périlleuses car les amis de Mr R. (les motards donc) étaient nombreux et bruyants… J’ai fini par entrainer mes acolytes dans le calme de l’église avant de continuer la balade en version écourtée.

 

Après avoir atteint mon objectif, il restait encore à rentrer… C’est la partie que j’appréhendais le plus.
Fatigue, douleur et acouphènes étant déjà présents, je me demandais vraiment comment j’allais réussir à gérer une heure de route.

Hé bien avec mes bouchons et mon casque de chantier, je l’ai plutôt bien gérée cette heure… Et sans pause !
Je voulais en faire une après 40 minutes mais Mr R. m’a convaincu que ce n’était pas nécessaire puisqu’il ne restait qu’une vingtaine de minutes. Il a eu raison !

Bilan du soir :
Douleur : 6/10
Acouphènes : 7/10
Fatigue : 6/10
Fierté : 10/10
Reconnaissance vis à vis de mon « supporteur-chauffeur » : 12/10.

Bon, quand est-ce que je recommence ?

À suivre !

Note du lendemain : la douleur a presque disparu avec la nuit & les acouphènes, s’ils n’ont pas un niveau habituel, se sont bien calmés… Chouette, chouette, chouette !

Jour 85

En mode touriste derrière la vitre du bus !
En mode touriste derrière la vitre du bus !

 

Ce matin, la journée a commencé tôt… Très tôt, beaucoup trop tôt (si je vous dis que j’ai vu le soleil se lever, vous me croyez ?).
Obligée de trouver un ophtalmo en urgence (les urgences ophtalmo donc), j’ai profité d’une belle balade parisienne en taxi peu après le levé du jour.
Paris et ses monuments pour moi toute seule, finalement, cette journée n’a pas si mal commencé !

Une fois mon problème d’œil solutionné (enfin, diagnostiqué… La solution viendra avec les gouttes antibiotiques), j’avais le choix…
Soit rentrer chez moi en taxi, soit prendre le bus jusque chez Mr. R.
Bien évidemment, d’un point de vue économique, la seconde solution était la meilleure…
D’un point de vue économique seulement ?
Bon d’accord, j’avoue, pas seulement…

Un pont à traverser (j’en ai profité pour admirer la vue) et j’étais dans le bus.
C’est là que la magie a continué… Après Notre Dame, La Concorde, La Madeleine, l’Assemblée Nationale, la tour Eiffel, la rue de Rivoli, la maison de Radio France, le Pont de l’alma… (la liste est peut-être un peu dans le désordre mais vous comprenez, il y avait tant à voir)J’étais émerveillée !

Vous n’imaginez pas à quel point c’était incroyable pour moi de revoir tout ça après tant d’années. Et surtout alors qu’il y a moins de 6 mois je ne pensais vraiment pas les revoir un jour !

Quand je suis arrivée chez Mr. R., le pauvre n’a même pas eu le temps de se réveiller tranquillement, je l’ai noyé sous un flot de paroles… Il fallait que je raconte mon magnifique périple !

Nous avons ensuite passé un journée plutôt tranquille, parfaite pour reposer un peu mes oreilles qui m’ont heureusement surprise… La douleur était très raisonnable, tout comme les acouphènes !

Bilan du soir :
Douleur : 3/10
Acouphènes : 4/10
Fatigue : 7/10 (mais avec 2 heures de sommeil la nuit précédente, je crois que l’hyperacousie est loin d’être la seule coupable)

À suivre !

Jour 43.

palaisdescongres

 

Il faut que je vous avoue un truc…
Je suis paresseuse (comment ça vous l’aviez remarqué ?).
Ce matin, je voulais enfin aller chez Castorama, j’avais même programmé mon réveil mais… Je n’ai pas eu le courage et j’ai terminé ma nuit bercée par le doux ronronnement félin venu me dire bonjour à la sonnerie du réveil.

Ceci étant dit, il fallait tout de même que je me trouve une activité, d’autant plus que durant les 2 semaines qui viennent je vais un peu vous abandonner (je vous expliquerai plus tard).

Comme d’habitude, j’étais en retard par rapport à ce que j’avais prévu et il fallait, avant de partir, que je passe par une boutique Orange. Pour gagner du temps, j’ai décidé que cette boutique serait finalement mon objectif du jour.

Ok, une boutique, à coté de chez moi, vous trouvez ça trop facile… Moi aussi. C’est pour ça que j’ai cherché une boutique dans le 17e arrondissement de Paris. Il y en avait justement une sur l’avenue des Ternes.

Bus, marche à pieds, boutique. Objectif atteint. Déjà ? C’est tout ?
Mais non…

À la sortie de la boutique Orange, j’ai repéré une boutique Bose un peu plus bas. J’y suis donc allée en me disant qu’un jour peut-être je remplacerait mon vieux casque Sony tout cassé par un beau casque Bose. Déception. J’ai trouvé la réduction du bruit très moyenne et ai très vite pris la fuite quand un vendeur a décidé de montrer la qualité du son des enceintes situées juste à coté de moi.

Après ça, je n’avais pas envie de rentrer, j’ai donc continué à descendre l’avenue pour finir par me rendre compte que la tour moche dont je m’approchais était juste derrière le Palais des Congrès. Porte Maillot. Chouette surprise.

Je dois dire que je n’étais pas très rassurée en descendant l’avenue alors que la douleur commençait à me demander de faire demi-tour (mains moites, tout ça, tout ça…). C’est plus facile en bus finalement car on ne peut pas vraiment reculer. En marchant il faut avancer alors que l’on peut à tout moment renoncer et faire demi-tour. Je n’ai pas renoncé et même, je suis allée prendre une photo du Palais des Congrès pour illustrer cet article.

Tant qu’à être en face des boutiques, j’ai traversé la rue et suis entrée dans le Palais (Ça fait très « princesse » dit comme ça). Il y a des années que je n’y avais pas mis les pieds !

Je me suis baladée dans la galerie à la recherche des différentes photos de l’exposition « Les couples mythiques vus par Studio Harcourt » disséminées un peu partout.

J’ai aussi découvert la boutique « Graine d’Intérieur » qui m’a semblé très sympathique mais qui l’est devenue nettement moins quand la musique de fond s’est déchainée à peine 2 minutes après mon arrivée. Il faudra que j’essaye d’y retourner en semaine, avec un peu de chance elle sera moins forte (ça arrive souvent).

Pour le retour, j’ai opté pour un trajet moins bruyant par le boulevard Peirere peu fréquenté en cette semaine de vacances scolaires.

Bus, Monoprix et maison !

Ma promenade parisienne m’a bien fatiguée mais bonne nouvelle, ce soir je n’ai quasiment plus mal et pas grand chose à déclarer coté acouphènes !

Demain journée off !

À suivre !