Jour 6.

Galerie de portraits dans la galerie marchande.
Galerie de portraits dans la galerie marchande.

 

Choisir comme objectif du jour d’aller boire un chocolat viennois dans une galerie marchande un samedi après-midi, ce n’est pas très raisonnable. C’est donc pour ça que c’est… Ce que j’ai fait :-)

Le risque était tout de même calculé. Nous sommes le 4 janvier, c’est à dire le seul samedi entre les fêtes et les soldes. Tous les vacanciers ne sont pas encore de retour. Ceux qui sont restés chez eux profitent de ce week-end pour se reposer de ces derniers jours et les accrocs du shopping gardent précieusement leurs étrennes pour les soldes. Bref, ce samedi ne s’annonçait pas surpeuplé !

Première remarque… Pas grand monde dans le bus. Un peu plus sur la route ce qui m’a valu pas loin de 20 minutes de trajet.
Arrivée devant la galerie, que je ne connaissais pas, je redoutais la musique forte mais elle restait supportable, par contre, entre les souffleries du chauffage et les verrières très hautes qui faisaient raisonner les voies des promeneurs (on dit promeneurs dans une galerie commerçante ?) le niveau sonore était suffisamment important pour que je ne m’attarde pas.
2 minutes pour me rendre compte que je n’aimais pas du tout le style de déco vendu chez Zara Home, 3 minutes pour apprécier les photos de Yellow Korner (que je ne connaissais pas) et j’étais déjà dehors.

Bonne nouvelle, mon objectif (le chocolat chaud) se trouvait justement en dehors de la galerie.
À peine entrée dans le Starbuck, les choses se sont compliquées… Pas vraiment de musique mais des gens, des gens qui parlent, des gens qui parlent fort. Je me suis approchée du comptoir et ai renoncé à continuer sans bouchons (mais pas à mon chocolat chaud !).
Enfin sortie, mon objectif entre les mains, c’est en me perdant pour retrouver mon bus de retour que je l’ai siroté (sous la pluie!).
Il faut vraiment que j’étudie mieux mon trajet avant de partir, j’ai bien passé une demi-heure à errer et les acouphènes augmentant, Tout cela commençait à devenir angoissant.

Bilan de cette journée… 1h30 d’effort dont 35 minutes de bus.
Je suis moins fatiguée que je ne l’aurais imaginé et je remarque que je m’habitue de plus en plus au bruit de fond du bus qui me semble moins intense qu’au début (bonne nouvelle !).
Mon niveau de douleur me signale par contre que j’en ai fait un peu trop aujourd’hui. Mes acouphènes qui sifflent aussi.
Demain le repos s’impose.

À suivre !